Tendances Social Media - Comptes rendus des rencontres

25
Mai

SMC LYON Cycle “Marque employeur” #1 – La stratégie. Construire une marque employeur forte : les étapes clés !

Ce que l’on retient des échanges :

· La marque employeur existe, de fait, dès lors qu’une entreprise est présente et visible sur un
marché. Une stratégie de marque employeur vise alors à la façonner, pour s’adresser de façon
pertinente aux différents publics visés.
· La marque employeur ne s’affranchit pas de la communication corporate, elle en est une
nuance.
· Aux frontières de la communication et du marketing, la marque employeur dispose d’un
ensemble de metrics qui permet d’évaluer facilement l’efficacité du dispositif et de valoriser ces actions auprès du Comex.

Une étude Linkhumans* de 2019 montre que les entreprises avec une marque employeur forte font
43 % d’économies sur leurs coûts d’embauche. En effet, 62 % des candidats font des recherches sur
la marque employeur d’une société sur les réseaux sociaux. Mieux encore, 82 % des salariés
envisageraient de quitter leur entreprise pour une autre ayant une meilleure réputation. Budget,
rétention des talents, recrutement, la marque employeur est sur tous les fronts. Mais comment
convaincre sa direction de la pertinence de ce dispositif? Comment créer une stratégie efficace et
cohérente sur le long terme?

Lire la suite

7
Mai

Commission Social Data – Enrichir sa stratégie Consumer Insights avec la Social Data

Ce que l’on retient des échanges : 

  • La Social Data n’est pas disponible sur tous les sujets,
  • Si les données sociales ne sont pas caractéristiques des Français, elles sont représentatives des consommateurs engagés avec la marque,
  • La meilleure des méthodologies pour la Social Data reste la combinaison de plusieurs outils.

 

« S’interroger sur la Social Data est, depuis le confinement, encore plus pressant » avance en guise de prélude Clément Brygier, cofondateur & CEO chez Digital Insighters et co-médiateur de cette séance. D’abord parce que le confinement produit mécaniquement plus de Social Data – il y a plus de monde sur internet -, mais aussi parce que sont générés en ce moment des nouveaux comportements que la Social Data peut aider à analyser.

Lire la suite

30
Avr

Cycle “Parcours utilisateur” #1 « La gamification : véritable générateur d’engagement ? »

Ce que l’on retient des échanges :

  • l’engagement dans le jeu-vidéo repose sur des mécanismes traduisibles dans le marketing,
  • la communauté des joueurs est un levier précieux pour le marketing,
  • le bénéfice de la gamification se voit avant tout sur le long terme

 

La gamification (ou « ludification ») apparaît au début des années 2000, quand les stratégies marketing commencent à s’appuyer sur les mécaniques du jeu-vidéo (la narration, le compte à rebours classement, la collaboration en équipe, etc.). Aujourd’hui, elle est au cœur de celles-ci, notamment sur les réseaux sociaux.  Lire la suite

7
Avr

Dark Social : Quelle stratégie et quelles opportunités pour communiquer auprès des communautés fermées ?

 

Ce que l’on retient des échanges:

  • Le dark social reste très efficace pour fédérer une communauté, en s’appuyant sur des membres passionnés, et potentiellement captifs
  • Le Dark Social reprend les codes d’interaction de ses ancêtres, les blogs, tout en proposant une alternative à la communication via les réseaux sociaux.
  • Communiquer en privé prend du temps et nécessite des moyens humains.

 

Pour parler de Dark Social, rien de mieux que de se retrouver par le biais d’une conférence vidéo. En cette période de confinement, les professionnels des Social Media ont su rebondir pour se retrouver et témoigner de leurs différentes stratégies. Car c’est en partie cela le Dark Social, se réunir loin des réseaux sociaux publics auprès d’une communauté fermée. Lire la suite

2
Avr

Cycle “Nouveaux formats” #3 L’évolution des formats vidéos

Ce que l’on retient des échanges :

  • Un contenu spécifique par plateforme, avec une approche agile… Rien n’est gravé dans le marbre. In fine, l’approche est partiellement façonnée par le business model des plateformes.
  • La créa est importante, d’autant que dans un environnement digital elle n’est jamais figée, et reste testable en temps réel à tout moment.
  • Si l’UGC revient en force, l’interactivité, l’authenticité sont des facteurs centraux

La vidéo en social media est au croisement d’un nombre assez conséquent d’impératifs, voire de « dictatures » auxquels le producteur doit se soumettre, avec en contrepartie une agilité et une capacité de test beaucoup plus importante que pour les autres médias.

Lire la suite

30
Mar

#CercleDircom #10 – Quand la social data envahit la communication : quelle utilisation pour les dircoms ?

 

Ce que l’on retient des échanges : 

  • La dircom utilise principalement le social listening pour anticiper, évaluer et valoriser ses actions de communication
  • Des usages hors de la dircom émergent, souvent au sein d’entités proches comme la gestion de la relation client ou le marketing
  • Le social listening est très dépendant des contraintes réglementaires et des restrictions d’accès aux données par les plateformes sociales

Reporting de campagnes sur les réseaux sociaux, remontées d’insights aux directions marketing, communication et gestion de crise, les usages de la social data sont variés et largement développés chez les annonceurs. Comment les directions de la communication l’intègrent dans la prise de décision ? Quels sont les outils utilisés ? Comment diffuser son usage au sein des autres entités, localités ?

Lire la suite

18
Mar

Social Data et politique : données disponibles et usages

Ce que l’on retient des échanges :

  • L’utilisation de technologies de data électorales est encore balbutiante en France, et avant tout un élément de communication
  • La réglementation française valide l’écoute et le recoupage de données anonymisées, mais oblige à une gestion précise et à finalité explicite, de tout ce qui relève de la collecte de données personnelles
  • L’utilisation de la social data peut être une aide efficace pour l’ajustement ou la validation des politiques proposées, mais s’éloigne du « temps politique » dans le cadre de la co-construction d’un programme

En matière d’analyse à des fins politiques, la social data possède des caractéristiques très spécifiques, comme l’explique en introduction Clément Brygier, fondateur et CEO du cabinet de conseil Digital Insighters, « Dans le contexte de nos travaux d’analyse, nous observons que les gens qui produisent de la donnée, s’expriment 90 % du temps, plutôt comme des citoyens, ils ne créent pas de la data pour les entreprises, ils la créent, pour exprimer une opinion, pour partager des sujets qui leur tiennent à cœur, l’angle purement commercial est moins existant, c’est plutôt un angle citoyen, parfois activiste ». Lorsque l’on évoque les réseaux sociaux, on parle souvent de cet activisme politique ou idéologique, qui s’est développé très tôt, notamment sur Myspace et Facebook. L’utilisation par les politiques des réseaux sociaux pour interagir quotidiennement avec les citoyens et  gagner les élections est plus récente. L’échéance municipale française tout comme les élections américaines de novembre, sont une bonne occasion de faire le point sur la façon dont cette social data est utilisée, avec quelles méthodes, quelles approches, et pour commencer quels outils.

 

Lire la suite

17
Mar

Cycle : « Nouveaux formats » #2 Quel avenir pour la story ?

Ce que l’on retient des échanges :

  • La notion Test & learn est consubstantielle aux réseaux sociaux, mais elle prend un sens particulier sur un format en évolution comme la story
  • Le parcours utilisateur est extrêmement important dans les réseaux sociaux, il faut penser à l’action suivante, on ne fait pas une story pour faire une story
  • Avec la story l’utilisateur doit être embarqué dès la première frame, contrairement aux formats classiques on n’a pas le temps de développer une histoire

Les chiffres autour de la story donnent le vertige, 14 millions de français utilisent Snapchat tous les jours, 80 % ont plus de 18 ans et l’application est utilisée 30 fois par jour. En élargissant au niveau mondial, les stories d’Instagram et de Facebook agrègent 500 millions d’utilisateurs quotidiens (Hootsuite 2020), 218 millions d’utilisateurs quotidiens (chiffres Snap – résultats financiers Q4 2019), TikTok revendique 800 millions d’utilisateurs actifs  (Digimind 2019) et au-delà, une mesure simple : le nombre de stories a dépassé le nombre de posts classiques (TechCrunch 2019). Le décor est planté : la story cannibalise massivement l’usage du social media, « elle incarne assez bien toutes les possibilités créatives que l’on peut développer sur les réseaux sociaux, ce qui pose des questions de créativité, de performances et innovation » résume Karine Sentenac, directrice générale – Head Coach Content au sein de l’agence Insign. Alors qu’elle s’installe déjà comme la nouvelle norme, la story est de fait au carrefour de nombre d’interrogations en termes de contenus.

 

Lire la suite

5
Mar

SMC LYON : “Stratégies de contenus”#3 Nouveaux formats et nouveaux supports, un peu de prospective pour 2020

 

Ce que l’on retient des échanges :

  • Toute communication ne répond pas forcément à une ambition de podcast ou de publication sur une plateforme de gaming, il faut avant tout cibler son audience.
  • L’image verticale permet de nouvelles techniques innovantes et intéressantes pour les contenus, à condition de dépasser les freins techniques pour le grand public.
  • L’engagement du public peut se trouver dans des formats très simples, à l’instar des messages privés ou des stories.

Podcasts, plateformes de gaming, vidéos verticales, les manières de produire du contenu se sont démultipliées ces dernières années. Ce début d’année 2020 est l’occasion d’ouvrir de nouvelles perspectives pour imaginer les formats qui marcheront dans les productions de demain. «Cette année, j’ai constaté que, parfois, il y a eu cette tendance à succomber à l’effet de mode,  interpelle Paloma Ballatour, directrice éditoriale d’Insign. Ce que je retiens, c’est qu’il faut constamment revenir à nos sujets, au sens de nos messages et à la valeur ajoutée de ce que l’on va proposer à notre audience : se demander qui est cette audience et où et comment elle va consommer l’information.»

Lire la suite

12
Fév

Cycle “Nouveaux formats” #1 : L’audio, nouvel eldorado ?

Ce qu’on retient des échanges :

  • Nous en sommes aux prémices de la consommation du podcast. Il faut se préparer à un format qui prendra sa place au sein des contenus d’informations mais également dans la nouvelle économie de consommation du divertissement.
  • L’enjeu majeur des acteurs de ce marché sera d’établir un business model cohérent ainsi qu’une stratégie de médiatisation efficace. 
  • Malgré l’existence d’études spécialisées, la fragmentation du marché de l’écosystème complexifie la mesure de sa performance.

Les résultats de l’étude Global Audio destinée à analyser l’ensemble des usages audio des internautes, révèle une réelle appétence pour ces formats. En moyenne, près de 7% des personnes interrogées écoutent un podcast natif par mois. Et près de 40% des internautes en connaissent l’existence. Face à la multiplication des acteurs mais aussi des offres, il reste néanmoins complexe de mesurer et d’évaluer de manière précise l’écosystème des podcasts, rappelle Julie Terrade, directrice du pôle national au département radio de Médiamétrie.

Lire la suite