Comptes-rendus

16
Avr

Quand la science-fiction interroge notre rapport à l’agriculture

Par Marie-Laure Hustache

Nourriture de synthèse, industrialisation des techniques agricoles, évolution du statut de l’agriculteur… de nombreuses œuvres de science-fiction ont questionné l’agriculture et notre alimentation. Entre crispations, fantasmes et images d’Épinal, quelle humanité agricole ont-elles imaginé ? En quoi nous aident-elles à appréhender les défis actuels de l’agriculture ? Le 2 mars 2018, c’est à cette question que se sont attachés à répondre les think tanks Renaissance Numérique et agridées, le Social Media Club France, la Fondation GoodPlanet et l’UniLaSalle.

Cette discussion s’est tenue dans le cadre de la rencontre « Agriculture et science-fiction : l’humanité à table ! », organisée sur le stand de La Ferme Digitale au Salon international de l’agriculture 2018, à Paris. Les intervenants étaient :

  • Michel Dubois, Administrateur d’agrIdées, expert référent en sciences de l’agriculture d’UniLaSalle ;
  • Thierry KELLER, Directeur éditorial et co-fondateur d’Usbek & Rica ;
  • Emmanuel Lempert, membre du groupe de travail « Agriculture » de Renaissance Numérique, Directeur des affaires publiques France et Afrique francophone de SAP ;
  • Bruno Parmentier, économiste, spécialiste des questions sur l’alimentation et ancien directeur général de l’ESA (Ecole supérieure d’agriculture d’Angers) ;
  • Antoine Rochard, Chargé de projet transition agroécologique et alimentaire de la Fondation GoodPlanet.

Lire la suite

5
Avr

Faites entrer la télé #2 : Le ciblage est-il la clé ?

Par Jean-Marie Benoist

Les trois points à retenir :

  • La personnalisation de la télévision s’accélère, et va conjuguer consommation linéaire et délinéarisée, le téléviseur restant l’écran principal.
  • Les chaînes, pour séduire un public de plus en plus sollicité, se développent sur tous les points de contact et sur les différents types de format.
  • La publicité adressée ou segmentée, qui se développe aux US et en Angleterre n’est pas encore autorisée en France. Mais le sujet est à l’étude auprès des pouvoirs publics et les acteurs travaillent à développer les outils nécessaires pour pouvoir être prêt le cas échéant.

Pour en discuter, nous avons invité chez Linkfluence : Kim Younes (M6 Publicité), Florent Dumont (France Télévisions), Olivier Kouvarakis (Molotov.tv) et Julien Rosanvallon (Médiamétrie). Cette session était organisée et animée par Jean-Dominique Séval (IDATE DigiWorld) et Jean-Michel de Marchi (mind Media).

Lire la suite

13
Fév

L’homme éternel est né

Social media et data center : une nouvelle vie après la mort ?

Par Élise Koutnouyan

Les trois points à retenir :

  • On assiste à une prise de conscience autour de la nécessité de gérer son identité numérique post-mortem
  • Les proches ont de plus en plus tendance à s’approprier le profil du défunt,
  • La législation est en train d’évoluer pour permettre confier à un tiers de confiance un droit d’accès à ses données numériques post-mortem

Chaque minute, trois personnes inscrites sur Facebook meurent dans le monde. À ce rythme, le réseau social aux 2 milliards d’utilisateurs comptera bientôt plus de membres morts que vivants. En filigrane, ce constat dévoile des nouvelles problématiques complexes : que deviennent nos données post-mortem ? Qui doit les administrer et comment anticiper la gestion de ce pan numérique de notre vie (et notre mort) ? Le “deuil numérique” dans ses implications sociétales, légales et économiques est un terrain d’études qui commence à peine à être défriché.

Pour en discuter, nous avons invité Lucien Castex (Université Sorbonne Nouvelle, ANR ENEID), Olivier Desbiey (CNIL), Fanny Georges (Université Sorbonne Nouvelle, ANR ENEID), Morgan Jerabek (Neuron Partners) et Frédéric Simode (Grantwill). Cette session de la commission CNRS était animée par Claire Wehrung et Paul Roy (Social Media Club.

Lire la suite

15
Jan

Science Let It Spin

Par Jean-Marie Benoist

Les trois points à retenir :

  • La science ne sauvera pas le monde par elle-même, mais elle le changera ; la recherche fondamentale est indispensable pour l’innovation pratique.
  • La science fondamentale est très dépendante des gouvernements, mais ne se mélange pas bien avec la politique – plus encore maintenant, alors que la confiance est devenue un problème.
  • La communication avec le public est une nécessité et doit être réinventée.

La science est partout dans notre vie quotidienne, même si nous ne le réalisons pas toujours. Elle est également nécessaire pour résoudre plusieurs des problèmes les plus pressants de la planète. Alors que la science et les scientifiques font face à leurs propres défis, sont-ils ceux qui vont sauver le monde ? Comment la science et les scientifiques s’intègrent-ils dans les débats d’aujourd’hui ? Comment les scientifiques peuvent-ils renouer le contact avec le public ?

Pour le savoir, nous avons invité Élodie Chabrol (neuroscientifique et responsable du développement international à Pinte de Science), James Kakalios (physicien et auteur de La physique des superhéros), Ben Feringa (chimiste, professeur à l’Université de Groeningen – PB et lauréat du prix Nobel en 2016), Jean -Marie Solvay (président de l’Institut international Solvay de physique et de chimie) et Tim Lewens (professeur et directeur des études supérieures au département d’histoire et de philosophie des sciences, Université de Cambridge) à Antenne TV. Une session organisée par Solvay et le Social Media Club France et animée par Timandra Harkness (BBC).

Lire la suite

15
Déc

Les (re)nouveaux métiers du web

Quelles sont les compétences nécessaires pour le numérique au sein des groupes ?

Par Jean-Marie Benoist

Les trois points à retenir :

  • La transformation digitale transforme les métiers, tout comme les attentes et demandes des salariés et des entreprises.
  • Les nouvelles pratiques – acquisition de compétences en externe, volonté d’évolution et de responsabilisation, déconnexion… – exigent une adaptation des pratiques managériales.
  • Les entreprises sont également en train de repenser la formation traditionnelle, qui s’avère le plus souvent inadaptée, ainsi que le recours à des prestataires.

La transformation digitale a amené sur le devant de la scène de nouveaux métiers, comme les data scientists. Mais il a également changé en profondeur les autres métiers de l’entreprise, entraînant des ruptures multiples. Comment est-ce que le digital a modifié le travail, aussi bien pour les entreprises que les salariés ? Comment appréhender ces changements sur les questions des compétences et de l’évolution de carrière ?

Pour en discuter, nous avons invité chez SoLocal : Patrice Flichy (Université de Marne-la-Vallée, à lire dans son nouveau livre “Les nouvelles frontières du travail à l’ère numérique » Paris, Le Seuil, 2017.), Yann-Maël Larher (Docteur en droit), Florence Oyon (Burson-Marsteller i&e) et Soon Godard (231E47). Une session organisée et animée par Pierre-Olivier Cazenave (SMC), Paul Roy (SMC), Nicholas Vieuxloup (SMC, Sinenomine) et Daniel Lemin (SoLocal)

Lire la suite

13
Déc

Faites entrer la télé

La transformation digitale des chaînes TV

Par Virginie Béjot

Les trois points à retenir : 

  • Pour se démarquer des plateformes (GAFA) et fidéliser les spectateurs, les chaînes doivent prendre un fort parti éditorial : création de contenus originaux et de mise en valeur de la marque.
  • Le recyclage de contenus TV est de moins en moins rentable.  Et la création de contenu numérique est coûteuse et chronophage, d’où l’importance de choisir sa cible et la plateforme où la toucher.
  • Le bon usage de la donnée est primordial pour pallier la faible monétisation de contenus consommés sur le web. De plus en plus transmise aux équipes marketing, la data permet d’améliorer l’expérience utilisateur, de mettre en valeur un contenu de plus en plus dense, et d’orienter le choix des programmes.

L’accessibilité de l’information permise par l’ensemble des outils du numérique, social media en tête, contraint l’ensemble des industries à repenser l’ensemble métiers, organisations et  méthodes de distribution. Si les médias presse ont souvent été questionnés, d’abord par l’arrivée de blogs, pure players, puis aujourd’hui des plateformes de publication des GAFA, la télévision, moins facilement adaptable, est arrivée plus tardivement sur le terrain.
Aujourd’hui, alors que le web se regarde plus qu’il ne se lit, les chaînes télévisées se retrouvent au coeur d’une galaxie de problématiques. Est-ce le moment rêvé pour se réinventer afin de toucher de nouvelles audiences ? Quel rôle le numérique joue-t-il, ou va-t-il jouer dans leur façon de travailler ? Les outils de CRM, les plateformes des GAFA et les habitudes de consommation poussent-ils à repenser le travail des régies, de la production des contenus, et même de leurs formats ?     

Pour en discuter, nous avons invité Pierre-Emmanuel Ferrand, directeur marketing stratégique et data CRM chez Canal Plus Gilles Freissinier, directeur du développement numérique chez ARTE France, Nicolas Moscovici, rédacteur en chef de LCI.fr et Tom Rouyres, Directeur des contenus 6play (Groupe M6). La session était animée par Kati Bremme (France TV), Jean Dominique Séval (IDATE DigiWorld) et Pierre-Olivier Cazenave, délégué général du Social Media Club France.

 

Lire la suite

30
Nov

A l’ombre du Social Media

Le dark social : quelles opportunités pour les marques et les médias ?

Par Brice Andlauer

Les trois points à retenir : 

  • Le dark social est devenu un outil majeur dans la relation client/lecteur, pour les marques comme pour les médias.
  • Le trafic est énorme via le dark social (84% des partages en 2016) , mais sa viralité reste plus faible qu’en public.
  • Marques et médias explorent les possibilités du Dark Social comme vecteur de contenus sur assistants vocaux ou par l’intermédiaire de chatbots.

Du simple échange d’emails, en passant par les messages whatsap, les forums ou les groupes facebook privés, le dark social désigne tout partage d’information en ligne qui n’est pas public. Le terme « dark social » a été utilisé pour la première fois en 2012 dans un article de The Atlantic[1] pour désigner le trafic invisible généré par un article qui circulait beaucoup plus en privé qu’en public. Mais le dark social correspond à des réalités multiples en fonction des périodes et des usages. Le nombre de partages de contenus dans des conversations privées a explosé ces dernières années, passant de 69% à 84% des partages entre 2014 et 2016, ce qui pousse les marques et les médias à s’y intéresser de très près. Après avoir mis quelques années à être considéré comme un vrai levier d’audience, il est aujourd’hui au centre de stratégies web très poussées, dont les objectifs et les moyens varient beaucoup en fonction des acteurs qui y ont recours.

Pour en discuter, nous avons invité Thomas Rudelle, Head of Social chez AXA France, Anne Kerloc’h, rédactrice en chef adjointe et Social Media Manager pour 20 Minutes et Raphaël Labbé, fondateur et directeur général de Wiztopic. La session était animée par Maxime Drouet, Directeur du département Digital à Burson-Marsteller I&E et Aurélien Viers, Directeur du Pôle visuel à l’Obs. 

Lire la suite

28
Nov

Au bonheur des centres-villes

La digitalisation des commerces de proximité : une opportunité pour redynamiser les centres-villes ?

Par Brice Andlauer

Les trois points à retenir : 

  • Les centres-villes continuent d’être un endroit de rencontre mais cela n’a pas suffit pour contrebalancer la réorganisation des espaces commerciaux dans les zones périurbaines.
  • La présence en ligne est devenue indispensable pour les commerces de proximité. A noter cependant que ce n’est pas le métier de commerçant qui change, mais les manières de communiquer.
  • Avec le mobile et le contributif, on assiste à une verticalisation de la présence en ligne, avec des sites comme TripAdvisor ou LaFourchette, challengeurs des annuaires en ligne.

Avec une palette d’outils allant de la gestion du stock à la commande, en passant par la communication et l’étude de marché, les opportunités offertes par le numérique aux commerces de proximité sont multiples et variables. Car si les bénéfices peuvent paraître énormes dans un contexte de désertification commerciale des centres-villes, ils peuvent aussi parfois êtres perçus comme des tâches supplémentaires et inutiles, éloignant le commerçant de son cœur de métier.

Pour en discuter, nous avons invité Rayane Chawaf, qui dirige Orange Local, Alexandre Fitussi, Country Manager pour Glovo France, et Francis Palombi, Président de la Confédération des Commerçants de France. 

Lire la suite

22
Nov

Y’a-t-il un CM dans la boîte ?

Par Elise Koutnouyan

Les trois points à retenir : 

  • Au carrefour de la communication, du marketing et de la relation client, le ‘community management’ est un métier transversal qui peine à achever sa professionnalisation
  • Deux tendances ont émergé au cours de l’année 2017 : la notation reine et Linkedin, nouveau lieu d’expression des dirigeants
  • On assiste à une montée en compétence : le CM,dépositaire de la parole du client, futur bras droit du PDG ?

En une décennie d’existence, la fonction de community manager (CM) s’est imposée au cœur des entreprises, passant de la simple gestion de comptes sur les réseaux sociaux à la définition d’une stratégie digitale indispensable à la marque employeur. Au carrefour de la communication, du marketing et de la relation client, le community manager déploie des compétences transversales. Pour autant, ce métier peine à s’affirmer et à se professionnaliser. Où en est le CM aujourd’hui ? Quelles sont ses perspectives d’évolution à l’avenir ?

Pour en discuter, nous avons invité Matthieu Stefani, fondateur de Cosa Vostra, agence spécialisée dans la conception web et le conseil en innovation digitale et Thomas Jammet, docteur en sociologie, auteur de la thèse : « Mettre le web social au service des marques. Une sociologie pragmatique du community management en France. » Cette session était animée par Aurélien Viers, directeur du Pôle visuel de L’Obs et Maxime Drouet, directeur du département digital de Burson-Marsteller I&E.

Lire la suite

2
Nov

Instituts d’études et médias : l’amour vache

Réinventer la relation entre instituts d’études et médias

Par Jean-Marie Benoist

Les trois points à retenir : 

  • Le Brexit, l’élection de Trump et la primaire à droite ont remis à sa place le simple chiffre auquel est souvent cantonné le sondage, en le relativisant.
  • Les médias restent consommateurs de sondages, qui sont des attracteurs d’audience, mais font évoluer leurs traitements ; en parallèle, les instituts offrent à leurs clients des traitements de plus en plus journalistiques de leurs études.
  • Pour réintéresser les lecteurs, il faut explorer des nouveaux formats de contenu et des nouvelles données pour éclairer l’opinion.

Les fakes news et démentis de sondages ont miné le crédit des médias auprès du public– et celui des instituts d’étude auprès des médias. Comment qualifier cette relation aujourd’hui ? Comment les pratiques de chacun évoluent ? Quels nouveaux formats et processus adopter pour retrouver l’intérêt du lecteur ?

Pour en discuter, nous avons invité chez BVA : Léa Turquier et Fédérico Vacas (Ipsos), Adélaïde Zulfikarpasic (BVA Opinion), Thierry Vedel (Cevipof), Édouard Lecerf (BVA), Adrien Gaboulaud (Paris Match) et Romain Gueugneau (Les Echos). Une session organisée et animée par Pierre-Olivier Cazenave (SMC), Paul Roy (SMC) et Nicholas Vieuxloup (SMC, Sine Nomine).

Lire la suite